Aggistri – Αγκίστρι

Aggistri est une petite île en forme de crochet qui repose discrètement à quelques encablures de la célèbre Egine. La traduction littérale en Français de Αγκίστρι est «hameçon»

Souvent négligée, elle est cependant dangereuse et captivante, tant elle devient, dès le premier pas posé, à la descente du bateau, le séduisant hameçon où s’accroche le cœur.

Le visiteur estivant, bien qu’entouré de locaux et de touristes, découvre rapidement une suave sensation de paix qui le conduit dans un univers intérieur où chacun éprouve le sentiment d’avoir débarqué à un bout du monde, joyeux, paisible et rempli de lumière.  

Il n’aura fallu qu’une petite heure de ferry depuis le port du Pirée pour atteindre ce confortable récif qui offre ses côtes et ses reliefs pour permettre aux hommes chanceux qui la découvrent, de vivre un instant toute l’essence et le privilège de l’insularité grecque originelle.

Les insulaires sont parvenus à préserver un paysage qui ne soit pas souillé ni trahi par les constructions et les routes. Bien que dotée des infrastructures touristiques indispensables, l’île se laisse parcourir grâce à un petit réseau d’autobus, en voiture, à bicyclette ou moto, et même, et surtout, à pieds.

Le piéton d’Aggistri se donne la chance de collectionner les images des multiples paysages qu’offrent les criques, les plages, les chemins boisés et les villages que le temps a fini par faire ronronner entre ombre et soleil qui sont les deux jalons d’une paix si particulière à l’île dès qu’on s’éloigne à peine des commerces et des bars autour de la zone de débarquement.

Les ports de Skala et Mylos sont les lieux les plus animés et constituent les deux pôles les plus habités de l’île.

Entre ces deux urbanisations, s’interpose  une plage longue de 2 kilomètres. Ce rivage offre, en été, un cordon de sable blond léché par des eaux turquoise, bleues de lagon se renforçant vers un bleu profond qui s’épaissit de loin en loin.

Ces eaux semblent avoir été déposées là par un peintre amoureux, en bandes mariées par le léger flux et reflux qui  attend certainement  le retour d’un marin parti, il y a longtemps, pour un long périple au fil des siècles. C’est certainement à cet endroit que l’intemporalité d’Aggistri est la plus perceptible.

Hors saison, l’île est plus encore cette envoûtante solitaire qui murmure à qui veut l’entendre que le temps n’est rien et que l’éternité nous est inconnue tant nous n’en percevons que l’écho.

Alors, faisons le pari que le visiteur n’aura qu’une idée, celle de traverser la mince route qui longe la plage et prendre une chambre dans l’une des petites « Guest Houses » au regard tourné vers  la mer  offrant généralement les arbustes et les fleurs d’un petit jardin aux vents de l’Egée afin que le parfum des orangers parvienne jusqu’aux fenêtres qui  contemplent le rivage qui, lui, les regarde dans les yeux.

Le paisible port de pêche de Mylos, dont les  maisons blanches ne manqueront pas de charmer le visiteur,  fera certainement naître des rêves de maison d’été, de refuge pour la famille qui se livrerait au long des rues étroites dans lesquelles résonnent les cloches de la petite église qui couve depuis le centre du village, les rêves et les espoirs des hommes heureux.

Le village de Skala est, quant à lui,  davantage touristique et animé autour de nombreux commerces, bars et tavernes.

Mais, pour connaître l’île, il faut savoir s’enfoncer dans son âme, gravir ses hauteurs, se frayer une route dans ses forêts et prendre de la hauteur. Ainsi, les chemins ombragés qui parcourent les massifs livreront d’autres secrets gardés par les pins vifs et sonores. Des nombreux promontoires qui précèdent la descente escarpée vers la rive sud, on comprendra combien Aggistri est un modeste joyau au milieu d’un tapis bleu, mouvant et scintillant.

Qu’on la recherche ou qu’on la découvre par accident, la plage nudiste de Chalikiada s’ajoutera à la longue liste des endroits sauvages et secrets de l’île.

La pause bien méritée après une marche robuste pourra se faire dans un des petits villages comme celui de Limenaria qui tranche par son caractère terrien. La descente des hauteurs sera une véritable torture de l’esprit pour l’imprudent qui aura oublié son appareil photo.

Oublier son masque de plongée serait également une grande erreur car la position privilégiée de l’île permet d’espérer, spécialement dans les criques, de belles rencontres avec une grande variété de la faune sous-marine.

Aggistri

Il est tout à fait surprenant que l’exploration d’une si petite île révèle une telle diversité entre la mer, la montagne, les pins et les oliviers, et même un lac dans le voisinage d’Aponissos. 
On l’aura compris, Aggistri est pleine de ressources pour celui qui souhaite atteindre une plénitude pacifique, simple et reposante.

Pour terminer l’émerveillement, il faudrait encore partir à la recherche de l’oiseau magique qui se cache dans certaines parties de charmant caillou. Vous le verrez peut-être, vous l’entendrez certainement, c’est le paon, oiseau mythique dont une population modeste et chatoyante enchante  les bois.

 

Nul ne doute que l’idée de revenir à Aggistri vous habitera pour longtemps. Vous voudrez peut-être  un jour y résider pour les vacances ou pour une période indéfinie. Si vous parvenez à vous fondre dans l’âme de cette île, vous-y parviendrez certainement, et, avec un peu de chance, vous trouverez alors ce nid précieux où votre cœur n’aura pas fini de battre.

Voir les maisons à vendre dans le golfe Saronique

Laisser un commentaire