L’île d’Égine – Αίγινα

egine mobilia

Égine est idéale pour faire ses premiers pas dans la belle aventure des îles grecques. Elle n’est pas la plus spectaculaire, mais sa grande proximité d’Athènes, la facilité d’accès et la fréquence des rotations maritimes au départ du port du Pirée en font une destination très prisée pour tous ceux qui veulent se dépayser à moindre frais.

Selon la mythologie, Égine était une princesse dont Zeus tomba amoureux. Afin d’être seul avec elle, il l’emmena dans cette île inhabitée, et ils eurent un fils, Éaque, qui en devint le premier roi. L’île, habitée pendant l’âge de pierre, tenait une place importante dans l’Antiquité. Les premières pièces de monnaies du monde occidental ont été frappées à Égine au 7ème siècle avant J-C.

temple afea egine mobilia
Temple d’Aphaïa

Au Moyen Age, l’île était victime d’attaques par les pirates, puis, elle eut à subir les invasions vénitiennes et turques. Toutes les incontournables caractéristiques des îles grecques se retrouvent à Egine. Les maisons, les plages, les ports, le bleu, les petits marchés, les tavernes sont au rendez-vous. L’île a un grand passé et une histoire qui se lit dans ses paysages et ses sites antiques dont la visite est, à chaque fois, une découverte.

La ville possède de nombreux édifices et des maisons de style néoclassique, dont le premier édifice du gouvernement grec, l’orphelinat, qui a été fondé par le premier gouverneur de la Grèce, Ioannis Kapodistrias. Vous pourrez aussi voir les maisons des héros de la révolution grecque, Kanaris et Koundouriotis. Sur le quai, à peine débarqués,vous pourrez visiter la petite église blanche d’Agios Nikolaos et à proximité de l’église d’Agios Dionysios, la cathédrale d’Egine.

Au nord de la ville, en suivant la route du port, vous pourrez apercevoir et visiter les ruines de l’ancien temple d’Apollon. Une fois sur l’île, les déplacements sont faciles car il existe trois lignes d’autocars qui relient les principales plages, les ports et les sites archéologiques ou touristiques. Le point de ralliement est toujours au niveau du quai d’embarquement.

Vous pourrez également louer facilement un scooter chez un des nombreux loueurs de l’île et vous lancer sur les routes littorales ou en altitude qui parcourent l’île en offrant des points de vue et des panoramas aussi splendides qu’inattendus. Pour plus de confort, vous pourrez tout aussi facilement, et à bon prix, louer une voiture si vous ne l’avez déjà fait avant de prendre le bateau. Pour les randonneurs, munis d’une bonne carte, il sera possible de parcourir les nombreux sentiers balisés de cette île dont la taille permet de multiples variantes pour les explorations pédestres.

La ville-port d’Egine est un sujet d’exploration en elle-même. Elle offre, en front de mer, une grande variété de tavernes, restaurants, bars et cafés pour tous les goûts et tous les budgets. Mais l’exploration des rues intérieures vous comblera par toutes les découvertes que vous pourrez y faire. La vraie Egine se trouve là ! C’est une vie de village où les habitants vaquent à leurs occupations sans que le touriste ne soit placé au cœur des préoccupations. On y trouve les tavernes intimes, les commerces de proximité qui semblent exister hors du temps. Mais aussi, on trouve l’occasion d’improviser des itinéraires au cœur d’un réseau de ruelles presque secrètes dont les murets abritent des petites maisons anciennes aux jardins fleuris et odorants, parsemés de jasmin, d’orangers et de citronniers.

On se prend soudain à l’envie de posséder tel trésor de petite maison à l’abri de l’agitation du port pour y couler des jours heureux. Il faut pousser l’exploration à Perdika, distante de 8 kilomètres seulement du port. C’est là une destination idéale pour passer une soirée agréable au bord de l’eau à la terrasse d’une des nombreuses tavernes alignées le long de la promenade. Vous aurez le choix entre cuisine traditionnelle, cuisine continentale et gastronomique en attendant la magie d’un coucher de soleil qui révèlera, en ombre chinoise les petites îles voisines, et dans le lointain, la silhouette imposante du Péloponnèse. Avant cela, vous aurez peut-être eu la joie d’un bain de mer depuis un petit filet de sable enchâssé dans les rochers de Perdika.

Plus classique et beaucoup plus touristique, à Aghia Marina, bien que maltraitée par des constructions plus ou moins sauvages d’une époque touristique révolue, la baie offre tous les avantages d’une destination familiale en bord de mer. La plage de sable est idéale pour le farniente et la baignade. Très prisée par la clientèle internationale, Aghia Marina propose une grande variété d’hébergements et de commerces. Pour ceux qui préfèreraient le charme discret d’une destination intime, il semble tout à fait approprié de recommander une escapade pour un séjour de deux ou trois jours à Souvala reliée directement par le petit bateau « Alexandros » depuis le Pirée.

Un petit port, une plage calme, et quelques petites tavernes complètent une offre hôtelière de qualité, bien que limitée. Vous serez ainsi à proximité du Monastère de la Sainte-Trinité, haut lieu de l’orthodoxie dédié à Saint-Nectaire qui voua sa vie contemplative à la construction intérieure de l’être. Le sanctuaire dispose de quelques hébergements. Puis, en poussant un peu plus loin, en suivant la route côtière d’altitude, vous arriverez au temple d’Afaïa qui, du haut de la colline, domine toute cette partie de l’île en offrant une vue époustouflante sur la mer et la côte d’Athènes dans le lointain. La visite du site archéologique est en général assez courte, mais on ressent, à cet endroit, une étrange sensation, une forme de vibration qui empêche de partir et plonge le visiteur dans la contemplation. Il n’y a rien d’étonnant à ce phénomène ressenti par nombre de visiteurs qui partagent ce même état lors de la visite du Parthénon ou du Cap Sounion. Et pour cause. Les trois sites sont reliés entre eux et forment les pointes d’un triangle parfait auquel certains prêtent des vertus divines ou magiques.

Egine séduit et mérite d’être visitée plusieurs fois car, sous des aspects que d’aucuns trouveraient banals, l’île cache une multitude de petits secrets d’histoire, d’archéologie et ne se révèle qu’à ceux qui apprennent à lui parler. Si tous ces aspects vous auraient échappé au cours d’une trop brève visite, en attendant d’y retourner, vous devez impérativement vous procurer les incontournables pistaches dont l’île est grande productrice et dont les habitants disent qu’elles sont les meilleurs du monde. Disons le, ils ont presque raison ! Voir les propriétés qui se vendent à Egine…

Laisser un commentaire