Les quartiers nord de l’Attique

a proximite du Lycee Franco Hellenique

Agia Paraskevi, Kifissia, Ekali, Drossia

Généralement, à l’étranger, les quartiers nord des grandes agglomérations ont une mauvaise réputation, car, sait-on pourquoi, souvent, des populations sensibles y sont concentrées. Ce n’est pas le cas en ce qui concerne Athènes.

Ces quartiers sont ou ont été, pour de nombreux expatriés, le lieu de leur première implantation dans la capitale en raison de leur proximité avec les sites de nombreuses entreprises internationales. Les grands établissements scolaires sont concentrés sur ce secteur. Le lycée français d’Athènes qui a quitté, il y a quelques années le centre pour s’implanter sur le territoire d’Agia Paraskevi est un phare de la communauté française, mais aussi, on notera la présence d’autres grands établissements scolaires tels L’école Ste Catherine’s, l’école Campion, l’American Community Schools (ACS) et l’International School of Athens.

Proches des grands axes de communication et de l’aéroport, ces quartiers bénéficient d’une connexion facile avec toute la Grèce, de tous les commerces mais également des équipements publics et culturels correspondant aux standards métropolitains.

Ce sont donc des quartiers prisés par les jeunes actifs et les familles où il est encore facile de se loger très convenablement à des prix abordables pour des logements généralement spacieux placés dans un environnement agréable.

Les liaisons urbaines en direction du centre sont bien développées même si, aux heures de pointes, les principaux axes routiers comme l’avenue Mesogueion sont assez encombrés. Mais c’est là le prix à payer pour se déplacer en automobile dans toute grande capitale. Néanmoins, plusieurs stations de métro quadrillent cette zone et le réseau d’autobus est bien structuré.

Agia Paraskevi  est une banlieue intégrée dans l’agglomération d’Athènes qui tient son nom de la principale paroisse de la ville dédiée à Sainte Paraskevi de Rome. Elle est située à la lisière de la forêt d’Hymittos et se confond en urbanisation avec les villes voisines de CholargosChalandri et Gerakas.

Immobilier en Grèce
Agia Paraskevi compte de nombreux cafés et jardins

Parmi les sites industriels importants, on notera le centre de recherché nucléaire mais sur le plan administratif, la ville est également le siège du Ministère de l’Agriculture.

Jusque 1931, Agia Paraskevi faisait partie intégrante de la municipalité de Chalandri, elle devint une commune indépendante en 1963 suite aux importants développements urbains des années 1950. Ce sont deux cultures urbaines qui se sont exprimées et perdurent jusqu’à nos jours puisque, par exemple, Agia Paraskevi a accueilli le métro en 2004 alors que Chalandri l’a refusé au motif qu’il aurait été néfaste pour le commerce local.

Les Grecs restent très attachés à l’environnement naturel autour de leur quartier, ainsi, la construction des autoroutes 64 et 6 en 1993 a donné lieu à de vives contestations à propos de l’abattage de nombreux arbres voulu par les tracés initiaux. Les habitants sont allés jusqu’à s’opposer physiquement et par milliers aux bulldozers. Quelques concessions mineures furent cédées, mais les autoroutes furent malgré tout construites et complétées en 2001. Chacun pourra y penser lors de ses promenades dominicales dans les bois aujourd’hui préservés des alentours.

lycée Franco Hellénique à Agia Paraskevi
L’entree du lycée Franco Hellénique à Agia Paraskevi

Les loisirs et l’éducation sont soutenus par la présence d’un conservatoire municipal de musique, d’ateliers de formation aux beaux-arts, des chorales, un orchestra philharmonique, troupes de théâtre, cinéma en plein air, cours de danse, cours de l’université ouverte. Les événements culturels sont nombreux tout au long de l’année.

Voir une selection d’appartements à louer à Aghia Paraskevi

Kifissia

Tout amoureux d’Athènes ne saurait néanmoins ignorer Kifissia. Bien sûr, certains pourront balayer cette option d’un revers de la main en qualifiant cette zone de « quartier bourgeois », de « Vesinet grec », mais Kifissia possède bien des atouts pour séduire ceux qui souhaitent s’implanter dans la capitale en bénéficiant d’un confort de vie et d’un environnement urbain de grande qualité.

L’une des premières remarques qu’on pourrait se faire en parcourant Kifissia serait d’y rencontrer si peu de touristes, et on se demande bien pourquoi.

On y trouve tous les charmes d’une petite ville où parcs et jardins ponctuent les zones résidentielles, où maisons d’architectes et villas déclinent une tranquillité inattendue aux portes d’Athènes, capitale dense et surpeuplée.

Dernière station de la ligne de métro qui conduit vers l’hyper centre et le Pirée, Kifissia, offre, dès la sortie du métro, une entrée verte au travers d’un parc boisé très prisé l’été pour sa guinguette et ses allées de promenades.

Juste en sortant, on  prend contact avec le cœur de ville aux nombreux commerces et cafés ou restaurants. Bus et taxis vous y attendent.

On se rend vite compte des charmes, parfois désuets, et pourtant si confortables de l’environnement urbain de cette cité que lèchent les premières pentes du mont Pendeli en lui accordant un climat plus doux que celui d’Athènes. C’est certainement pour cette raison que les familles athéniennes ont, au fil des temps, construit des maisons d’été qui sont, aujourd’hui, devenues des résidences permanentes, pour certaines, assez cossues.

On trouve des centaines de boutiques, de cafés et de restaurants dans les rues ombragées. Il existe de nombreux endroits pour les jeunes, des bars et des salles de jeux vidéo, un théâtre Cinémax, un centre de bowling, un centre commercial et autant de boutiques de luxe que vous pourriez en trouver à Kolonaki. Vous pouvez vous divertir simplement en vous promenant et en regardant les villas et hôtels historiques et leurs magnifiques jardins.

D’avril à mai, le « Kifissia Flower Show » présente, dans le parc de Kifissia, des centaines de différentes espèces de fleurs. Le parc organise d’autres manifestations, allant des concerts de rock aux foires du livre et d’autres manifestations, en particulier pendant les mois les plus chauds.

Le week-end, vous pourrez, en passant la montagne, rejoindre certaines des plus belles plages de l’Attique, notamment celle de Schinias, qui a des parfums de bout du monde.

Kifissia est une ville à l’histoire riche. Elle était une retraite prisée par les philosophes sous le règne de l’empereur romain Hadrien dès lors que le riche Hérode Atticus y construisit la villa Kifissia.

Durant la période ottomane, la moitié de la population était musulmane et l’autre moitié chrétienne. Il y avait une mosquée et de nombreuses petites églises, dont certaines existent encore  aujourd’hui.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands et les Britanniques y avaient établi leur quartier général,  pas à la même période, bien évidemment.

Pendant la guerre froide, alors que les États-Unis avaient une forte présence militaire en Grèce, beaucoup d’entre eux vivaient dans cette cité. Le club américain (qui était le siège nazi pendant la Seconde Guerre mondiale) possédait une librairie « Stars and Stripes », un magasin d’alcool, un véritable bar américain, un restaurant servant une cuisine américaine, une salle de jeux avec bandits à un bras, une grande piscine, centre de la jeunesse et un cinéma appelé le théâtre JUSMAG où vous pouvez encore voir les derniers films made in USA.

C’est peut-être pour cette raison que certaines zones en bordure de la route principale ont un petit parfum de « main street » à l’américaine, assez sensible.

En prenant l’avenue Kifissias en direction de la capitale, on change radicalement d’univers et c’est un boulevard à grande circulation bordé de tours, de grandes surfaces, de magasins spécialisés et d’un bon nombre de grandes entreprises et de quelques grands hôpitaux.

Pour toutes ces raisons, si la vie à Kifissia semble moins grecque qu’ailleurs, c’est certainement un bon choix pour une acclimatation confortable à la vie athénienne.

Voir de maisons de standing à louer à Kifissia

Ekali

C’est une banlieue aisée d’Athènes située à la sortie nord de Kifissia. Ce secteur est un écrin de verdure. Il abrite de nombreuses familles du milieu des affaires mais aussi de la politique installées là depuis plusieurs générations. En se promenant dans les rues de ce quartier, nous constatons la haute sécurisation des habitations, le plus souvent nichées dans un grand jardin, derrière de rudes clôtures ou murs que ponctuent un nombre impressionnant de caméras de surveillance. Dans ce quartier dont le nom se rapporte au divin poète antique Hecale, plus que jamais, s’applique la devise « pour vivre heureux, vivons cachés ».

Ekali est situé à l’extrémité ouest de la chaîne de montagnes boisée de Pendeli. La petite rivière Kifisos forme la frontière ouest de l’unité municipale. Ekali est situé au sud-ouest d’Agios Stefanos et à 16 km au nord-est du centre-ville d’Athènes.

Petite rançon du calme et du confort, il n’y a pas de commerces à cet endroit, ils sont interdits par la réglementation. La voiture s’impose pour tous les déplacements, même pour aller jusqu’à la station de métro car les bus inter-urbains ont, dans ce secteur, certains progrès à faire.

La voie principale est l’avenue Thiseos (route nationale grecque 83), qui relie Ekali à Kifissia et au centre d’Athènes. L’autoroute 1 (Athènes – Thessalonique) passe à l’ouest d’Ekali.

Mais ce n’est pas sans raison que de grandes figures ont choisi de s’implanter à Ekali. Parmi elles on compte  Giannis Spyropoulos – l’un des peintres grecs abstraits les plus populaires- , après sa mort, la fondation Spyropoulos s’y est établie, l’ancien Premier ministre socialiste Andreas Papandreou y a vécu dans ses dernières années, Spiros Latsis, héritier et milliardaire des secteurs maritime et pétrolier, Vardis Vardinogiannis, important homme d’affaires milliardaire , Anna Vissi, célèbre chanteuse et artiste grecque.

Voir les maisons de standing à louer à Ekali

Drossia

Ce quartier regroupe plusieurs zones réparties comme suit : Dionysos et Drossia sont résidentiels. Anoixi, Agios Stefanos, Krioneri plus commerçants. Stamata est une petite commune tranquille et Kapandriti, Malakasa et Avlona de gros bourgs à la campagne aux portes d’Athènes!

Habiter dans ces secteurs comporte quelques contraintes dans la gestion  des déplacements ; c’est, comme partout au monde, la rançon du confort et du calme dans un environnement verdoyant hors du tumulte urbain.

De Drossia vers l’aéroport, il faut compter 40 minutes de trajet, une heure vers le centre d’Athènes. Le ramassage scolaire conduit les enfants au Lycée français en 35 minutes. La mer et les plages sont à 30 minutes de trajet.

Les contreforts de Dionysos sont plus éloignés du centre, mais les maisons y sont plus luxueuses et nichées dans un environnement calme et plus vert. Le quartier d’affaires de Maroussi où se trouve le siège de nombreuses entreprises internationales est proche de ces quartiers.

On le voit, rien n’est insurmontable et les distances et durées de trajet vers les centres économiques et urbains sont bien moins contraignants que ceux qui s’imposent en région parisienne à des millions d’habitants. Mais c’est malgré tout une contrainte dont il faut tenir compte.

Il existe une gare ferroviaire du réseau interurbain  à Agios Stefanos, Afidnes et Avlona pour le centre d’Athènes à raison d’un train toutes les heures.
Tous les autres moyens de déplacements sont à relier avec Kifissia, qu’il s’agisse du métro, du réseau de bus ou des voies routières.

L’activité commerciale est bien présente et on dénombre plusieurs marchés à Kapandriti le samedi, ou Agios Stefanos le vendredi.
Les services existent au travers de la présence de la poste ainsi que plusieurs banques, boucheries, boulangeries, primeurs, poissonniers à Drossia, Anoixi, Agios Stefanos. Kapandriti et Avlona. Les grands distributeurs comme Lidl, Sklavenitis et Jumbo à Anoixi ; Carrefour à Agios Stefanos ; et grand Vassilopoulos sont tous à environ 10 minutes en voiture. Les amateurs de vins trouveront un bon caviste à Drossia, où le choix entre vins grecs et étrangers est très étendu.  Dans toutes ces communes,  les boulangeries sont ouvertes le dimanche ce qui est rare, surtout à Athènes !

Pour changer de registre, on peut fréquetnter les nombreuses tavernes à Stamata célèbres pour leurs côtes d’agneau grillées, Kapandriti, Avlona et même une taverne de poissons à Drossia.
Pour le sport et la culture, le choix ne manque pas et les installations culturelles et sportives sont très satisfaisantes. Qu’il s’agisse du cinéma de plein air à Drossia, de la piscine hiver et été (toit ouvrant) très propre  à Anoixi, du club de tennis, ou encore de l’Adventure Park à Malakasa.

Il y a, comme toujours des avantages et inconvénients à vivre à cet endroit. Les familles résidentes citent, au titre des avantages le fait qu’on  trouve des maisons plus spacieuses à des loyers plus raisonnables.
Ceux qui aiment la nature et les balades ont de multiples possibilités sans avoir besoin de s’éloigner par trop du centre et des commerces et d’Athènes. Les plages sont à 30 min maximum en voiture.

L’éloignement du nœud de communications que constitue Kifissia est le principal et léger handicap souligné par les habitants.

Voir des maisons à louer à Drossia

2 Commentaires sur “Les quartiers nord de l’Attique

Laisser un commentaire